#(Dernier) Episode 8 : Grand Prix de Littérature dramatique jeunesse – “Trois petites sœurs”, de Suzanne Lebeau

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

ARTCENA organise et accompagne, au sein de ses différentes missions, les Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique jeunesse. Huit finalistes ont été sélectionnés par un jury, présidé par Marie-Agnès Sevestre. La cérémonie des Grands Prix aura lieu le 15 octobre prochain au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Voici, notre huitième et dernière chronique : “Trois petites sœurs”, de Suzanne Lebeau, publié aux Éditions théâtrales, collection Théâtrales jeunesse, en 2017. 

***

Ecrire une pièce jeunesse sur un sujet aussi sensible, aussi tabou… Il fallait oser !

Le résumé : le diagnostic est tombé. Alice, la cadette d’une famille de trois enfants, n’ira pas à l’école le jour de la rentrée, elle qui en rêvait depuis que l’aînée avait eu son premier sac d’école. Point d’acmé minutieusement choisi pour révéler et libérer la tension dramatique qui éclate comme les sanglots qui jaillissent inexorablement… la révélation de la tumeur de cette petite fille.

Il n’y a rien de plus douloureux ni de plus délicat que de parler de la maladie et de la mort d’un enfant quand elle survient dans une famille. Dans notre société où il est si tabou de parler du nombre de cancers chez les enfants, nous n’acceptons ni ne tolérons la mort que l’on rejette comme un chien tapi dans le fond d’une pièce. D’ailleurs, voir des adultes mourir ne touche jamais autant que lorsqu’il s’agit d’enfants… C’est même révoltant. Rationnellement, nous savons que personne en ce bas monde ne choisit l’heure de son départ. Émotionnellement, c’est insupportable de se dire qu’on ne puisse vivre jusqu’à un âge raisonnable et qu’il est possible de perdre notre propre enfant… Mais ce mot “insupportable” est un mot d’adulte et non celui d’enfant. Alice, cette petite fille de six ans environ, reçoit la mort beaucoup plus sereinement, beaucoup plus légèrement. Elle est comme passée de l’autre côté du miroir et non tombée au fond d’un trou (clin d’œil à Lewis Caroll et à son personnage emblématique condamné à l’éternité médiatique ?). Sans bouleversement, sans pathos, elle continue à nommer, à nous expliquer, à nous raconter ses sœurs, ses parents aussi… d’un bout à l’autre de la pièce.

Certes – et Suzanne Lebeau l’explique très bien – «un enfant part sereinement quand il a acquis la certitude que ses parents acceptent qu’il parte, qu’il meure. […], la plus grande peur est de faire de la peine à [ses] parents.» La mort bouleverse les adultes, change définitivement le cours de leur vie. «Or l’enfant, lui, peut partir simplement, paisiblement, lorsqu’il a la conviction de ne pas laisser [son] entourage dans le chagrin.» (in postface des Trois Petites sœurs).

Cette pièce, petite leçon de vie, est un tour de force. Elle réussit à rendre à la mort la place qu’elle mérite : elle ne nie bien sûr pas l’importance de ceux qui vont devoir vivre à jamais avec ce poids terrible. Dans nos chagrins, nous souffrons des absents, la mort du tu est l’éternelle question (rappelons-nous ce que disait Jankélévitch à ce sujet dans son livre La Mort, l’homme ne peut qu’envisager la mort de l’autre comme renvoyant à sa propre mort). Mais il est rarement question de cette mort du je. Or, cette dichotomie entre la réception que l’enfant fait de la mort et la manière dont elle est reçue par l’entourage est le point d’orgue, la force indéniable de cette pièce capable de s’adresser à un”tout public”, grâce à son vocabulaire à la fois simple et précis, mettant au centre du propos, non pas la mort elle-même, mais bien le mort.

Parler de la mort d’un enfant au sein d’une famille, c’est un sujet sur lequel l’écrivaine québécoise Suzanne Lebeau voulait se pencher depuis longtemps. Comme elle le dit si justement, c’est aussi l’un des rares sujets où l’on pouvait faire se rencontrer enfants et adultes. Elle fait mal aux adultes. Mais les enfants ne la reçoivent pas de la même façon, ceux-là même “qui n’ont ni passé ni avenir”, comme disait La Bruyère, juste la jouissance de l’instant présent. «Ecrire pour les enfants, ajoute-t-elle, est davantage une façon de regarder le monde que la nécessité d’en inventer un, différent et merveilleux, plus gai, plus coloré, plus souriant. […] Quand je pense que j’écris pour les enfants, je ne crois pas recréer le monde ; j’adopte seulement un point de vue. »

Pour ceux qui restent et qui grandissent avec ces miroirs, petits comme grands, sa marque est indélébile. La mort emporte malgré elle un peu de nous, nous obligeant à nous construire avec nos objets-souvenirs, nos culpabilités, nos croyances et nos larmes, emportant avec elle un peu du monde de l’enfance et de son insouciance.

 

Extrait choisi et mis en ligne par les Editions Théâtrales :

LA GRANDE.– Je suis la grande.
La grande sœur d’Alice.
La plus vieille des trois,
avec tout ce que cela veut dire.
« Sois raisonnable ! »
Non! Je n’ai jamais été une grande sœur raisonnable.
« Partage ! »
« Pas généreuse», disait maman
qui n’a plus souvent de raisons de le dire.
« Sois patiente», disait papa
qui ne le dit plus aussi souvent.
Pas toujours… gentille…
mais…
j’ai fait tellement d’efforts…
Tellement d’efforts que même moi,
parfois,
je ne sais plus qui je suis.
J’étais une vraie grande sœur

quand est venu… le jour de la rentrée…
Le mal de tête d’Alice…
Le… La…

ALICE.– La maladie d’Alice…
La grande ne veut pas dire les mots.
Elle pense que c’est sa faute.
Elle s’inquiète beaucoup.
Demande toujours comment ça va…
Quand ça va bien, elle sourit, soulagée.
Quand ça va mal, elle plisse le front.
« Tu n’y es pour rien. »
Maman, papa, le médecin, les infirmières, grandmaman,
tout le monde lui dit :
« Tu n’y es pour rien. Enlève-toi ça de la tête.
Tu vas te rendre malade. »
Même la petite se lève la nuit pour lui dire qu’elle
n’y est pour rien
quand elle fait des cauchemars.

 

L’œil pédagogique

Le thème de l’enfant qui meurt peut être étudié en cycle 4, au collège. Nous pensons évidemment à Oscar et la dame rose, d’Eric Emmanuel-Schmitt ; à Gudule et La Vie à reculons ou à Christophe Honoré avec Tout contre Léo, pour ne citer que ceux-là et en lecture complémentaire. Ce qui pourra être étudié plus particulièrement en français est le changement des points de vue de chaque personnage. Texte support à plusieurs titres intéressant pour donner ce cours de langue. Mais au-delà, cette pièce est une leçon de vie à lire et à faire lire et dont il serait dommage de passer à côté.

La biographie de l’auteure

“Suzanne Lebeau se destine tout d’abord à une carrière d’actrice. Mais, après avoir fondé le Carrousel avec Gervais Gaudreault en 1975, elle délaisse peu à peu l’interprétation pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Aujourd’hui, elle a vingt-sept pièces originales, trois adaptations et plusieurs traductions à son actif et est reconnue internationalement comme l’un des chefs de file de la dramaturgie pour jeunes publics. Elle compte parmi les auteurs québécois les plus joués à travers le monde, avec plus de cent quarante productions répertoriées sur tous les continents. Ses œuvres sont publiées dans le monde et traduites en vingt langues : notamment Une lune entre deux maisons (1979), la première pièce canadienne écrite spécifiquement pour la petite enfance, Salvador (1994), L’Ogrelet, et Le bruit des os qui craquent.

La contribution exceptionnelle de Suzanne Lebeau à l’épanouissement de la dramaturgie pour jeunes publics lui a valu de nombreux prix et distinctions, dont le Prix de littérature dramatique des collégiens en Île-de-France Collidram (2010), le Prix littéraire du Gouverneur général (2009), catégorie Théâtre, le Prix Sony Labou Tansi des lycéens (2009), la Distinction de la Comédie Française (2008)… Dès 1998, l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française lui décerne le grade de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade pour l’ensemble de son œuvre et, en 2010, le gouvernement du Québec lui décerne le prix Athanase-David (2010), la plus prestigieuse récompense de carrière remise à un écrivain québécois. Elle reçoit en 2012 le Prix hommage de Cinars et en 2013 celui de Rideau ainsi que le prix Gascon-Thomas décerné par l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNT) pour son apport exceptionnel à l’épanouissement du théâtre au Canada. En 2015, elle obtient pour l’ensemble de son œuvre jeunesse le prix de la Belle Saison organisé par le Centre National du Théâtre. En 2016, elle se voit décerner la plus haute distinction accordée dans le domaine des arts du spectacle au Canada, le Prix de la réalisation artistique – catégorie Théâtre.

Pédagogue d’expérience, Suzanne Lebeau a enseigné l’écriture pour jeunes publics à l’ENT pendant treize ans et elle joue le rôle de conseillère auprès des jeunes auteurs de différents pays, contribuant ainsi à l’émergence de nouvelles écritures. Elle donne régulièrement des conférences et mène des ateliers dans de nombreux pays.”

***

Le Grand Prix de La Littérature Dramatique jeunesse a pour vocation d’aider les auteur(e)s dramatiques contemporains en même temps que d’encourager la découverte et leur lecture auprès du public et de notre jeunesse. Dans ce cadre, Qui Veut Le Programme ?, en partenariat avec ARTCENA, publie dans sa rubrique “Lire et faire lire du théâtre” – et jusqu’à l’annonce des deux lauréats – une chronique par finaliste, afin que les enseignants, s’ils le jugent propice, aient toutes possibilités de s’emparer de ces œuvres dans leurs classes.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page