#Episode 2 : Grand Prix de Littérature dramatique – “Poings” de Pauline Peyrade

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

ARTCENA organise et accompagne, au sein de ses différentes missions, les Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique jeunesse. Huit finalistes ont été sélectionnés par un jury, présidé par Marie-Agnès Sevestre. La cérémonie des Grands Prix aura lieu le 15 octobre prochain au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Voici, notre deuxième chronique: « Poings » de Pauline Peyrade, publié aux Editions des Solitaires intempestifs, en 2017. 

***

Poings plonge le lecteur tout droit au cœur des âmes et des corps des personnages : TOI, MOI, LUI. Par une écriture directe et acérée, l’autrice donne à voir les tournants et les tourments d’une histoire d’amour… toxique. Utilisant les didascalies comme les indications de tempo musical et alternant les dialogues et monologues impressifs, Pauline Peyrade orchestre cette relation et pousse son lecteur à ressentir, à s’interroger, à réagir.

Elle réussit le tour de force de mettre le lecteur au milieu de son dispositif et ainsi impose de regarder des situations dites sensibles, universelles et essentielles. Elle interpelle les limites entre amour et emprise, entre jeu et agression.

Poings, à travers les étapes classiques d’une histoire d’amour, révèle les instants de doute, de perte de repères et de ressaisissement de soi : de son corps, de sa vie.

 

Extrait 1 P.20-21 

OUEST

    120 battements par minute.

Moi, piano.-Il te rejoint sur la piste. Il est beau. Il a l’air heureux.

Toi, chante, piano.-You can’t hurt me cause I know you love me.

Moi, piano.-Il se penche et te crie quelque chose dans l’oreille.

Lui, forte.-” Salut”// Toi, pianissimo.-” Salut”

Moi,mezzo.-Tu ne comprends pas. Il répète. Ses yeux changent de couleur.

Lui, forte.-” Comment tu t’appelles?” // Moi, mezzo.- Ses mains sont immenses.

Moi, mezzo.-Tu ne comprends pas. Il te regarde. Tu souris. Il attrape ton menton. Ça te fait mal.

Lui et Toi, pianissimo- Il y a quelque chose de pur au bout de cette violence.

Moi, mezzo.– Il parle parle encore. Sa voix est douce;

Lui et Toi, pianissimo- Il y a quelque chose de pur au bout de cette violence.

Moi, mezzo forte.– Tu lui fais un signe encore. Il ne comprend pas.

Toi, forte.– ” Je ne comprends rien !”.

Moi, mezzo forte.– Il ne comprend pas.

Lui, forte.- “Je n’entends rien !”

Moi, mezzo.- Il te regarde. Ses yeux deviennent tout noirs.

   0 battement par minute.

Lui, mezzo.- Tu es belle. tu veux danser?

   120 battements par minute.

 

Extrait 2 p.39-40

NORD

« La femme très belle pose la main sur mon cou. Je la regarde. Elle ne dit rien mais je sais qu’elle dit quelque chose. Elle m’essuie le front. Les bras. Les seins. Les épaules. Ça brûle. Elle m’essuie tout le corps. Le ventre. Le sexe. Je tousse. Elle me fait signe de me taire. Je ne comprends pas. Elle enfonce son poing dans ma bouche. Ça fait mal. Je crie. Elle enfonce. Sa peau frotte contre ma gorge. J’essaie de la mordre. Je n’ai plus de dents. Elle enfonce. Le noir est partout. Je la pousse. Mes bras ont disparu. Je pousse. Je pousse encore. »

 

Poings de Pauline Peyrade, Les Solitaires Intempestifs, 2017.

L’œil pédagogique

Cette année Poings est également finaliste pour le Prix Koltès des Lycéens et a été présenté en 2017 , notamment, lors d’une lecture à la Comédie Française. Ce qui est décrit dans cette oeuvre est cependant cru, très cru même parfois. Pourtant le sujet central pourrait être une clef pour les lycéen·ne·s afin d’aborder, de questionner et d’apprivoiser les thèmes du respect de soi-même et des autres, de l’emprise, de la prise de décision et bien entendu de l’amour. Les disciplines telles la Philosophie et l’E.M.C., ainsi que le travail qui peut être mené en “Vie scolaire”, pourront s’intéresser à ce texte. Le ciselage de l’écriture et l’important travail de partition rythmée pourront être des appuis en Français et en Education musicale pour les classes à option artistique. Un travail très intéressant de lecture pourra également être mené pour ses placements de voix et le rythme court, saccadé et musical qu’impose le texte.

Biographie de Paulyne Peyrade

Pauline Peyrade est metteure en scène et autrice. Elle étudie la mise en scène à la Royal Academy of Dramatic Art (Londres) puis intègre le département Écriture dramatique de l’ENSATT en 2012. La même année, elle crée la revue Le bruit du monde. En 2015, elle présente Sujets à Vif au Festival d’Avignon avec la circassienne Justine Berthillot et fonde avec elle la #CiE. Sa pièce Ctlr-X, publiée en 2016, a été créée en janvier 2018 au Monfort théâtre, dans une mise en scène de Cyrile Teste. Ses précédentes créations ont la faveur des scènes subventionnées et des antennes de France Culture 0615 (par Christophe Hocké). Ces textes sont publiés aux Solitaires Intempestifs et sont traduits en anglais, allemand, espagnol (mexicain), portugais, catalan, tchèque. Ils ont reçu différents prix et bourses (ARTCENA, Centre National du Livre, Cross Channel Theatre).

 

 

 
Poings de Pauline Peyrade, Les Solitaires Intempestifs, finaliste Grand Prix Littérature Dramatique 2018 from ARTCENA

La pièce a été créée le 15 mars 2018 au CDN Le Préau (Normandi-Vire).

***

Le Grand Prix de La Littérature Dramatique a pour vocation d’aider les auteur(e)s dramatiques contemporains en même temps que d’encourager la découverte et leur lecture auprès du public et de notre jeunesse. Dans ce cadre, Qui Veut Le Programme ?, en partenariat avec ARTCENA, publie dans sa rubrique “Lire et faire lire du théâtre” – et jusqu’à l’annonce des deux lauréats – une chronique par finaliste, afin que les enseignants, s’ils le jugent propice, aient toutes possibilités de s’emparer de ces œuvres dans leurs classes.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page