Episode 1 : Grand Prix de Littérature dramatique – “Quand toute la ville est sur le trottoir d’en face” de Jean Cagnard

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

ARTCENA organise et accompagne, au sein de ses différentes missions, les Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique jeunesse. Huit finalistes ont été sélectionnés par un jury, présidé par Marie-Agnès Sevestre. La cérémonie des Grands Prix aura lieu le 15 octobre prochain au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Voici notre première chronique :  “Quand toute la ville est sur le trottoir d’en face”, de Jean Cagnard, publié aux Editions Espaces 34, en 2017. 

***

Cet article a été co-écrit avec Sabrina Montagne, éducatrice spécialisée, formatrice et collaboratrice de Qui Veut Le Programme ?

***

Jean Cagnard, en immersion pendant six mois dans un centre thérapeutique, a voulu donner un tour très réaliste à sa pièce. Malgré la dureté du propos, ce texte, très accessible, et même agréable à lire, est un bel hommage à deux personnages, “l’Éducateur” et le “Résident”, qui nous plongent dans la réalité d’un éducateur spécialisé face à un toxicomane en résidence dans ce centre. Deux profils de notre société dont on parle peu et dont la lecture donne très envie de voir incarner sur des planches.

Il faut avoir été plongé dans ce type de résidence pour en connaître si bien les contours. Comment pourrait-il en être autrement dans ces scènes criantes de réalisme, d’humour et de finesse, où le café comme troisième personnage omniprésent – et indispensable au travail éducatif – rythme les échanges et tissent cette relation entre le Résident et l’Éducateur ?

Les scènes de déambulations du résidant toxicomane en voix de décrochage sont écrites avec pertinence, laissant entrevoir les causes et les conséquences si dramatiques de la consommation de substances illicites, le parcours torturé du sevrage et ce travail si difficile des éducateurs, qui ne tient parfois qu’à un fil, pour que l’autre chemine, avance et ne raccroche plus.

Même si tout cet assemblage fait de cette pièce un exercice concret de la relation éducative et du parcours d’un toxicomane en résidence depuis son arrivée à son départ, il n’en reste pas moins être avant tout la relation, drôle, grinçante, entre deux individus dont les problématiques liées à la drogue ne sont jamais ostensiblement dévoilées, même si omniprésentes.

 

Nous avons sélectionné cet extrait de la pièce (pp. 33-34) pour sa finesse, son humour et le retournement de situation provoqué par le Résident face à l’Éducateur. Cet extrait montre également la complexité – l’intelligence aussi – des personnages face à leur problématique respective, l’un face à ses addictions, l’autre face au toxicomane. 

Le Résident. – […] Tu connais l’histoire de l’enfant de sept ans qui se réveille dans sa chambre ?

l’Éducateur. – Oui, c’est l’histoire de l’enfant de sept ans qui se réveille dans s chambre. Tu as une cigarette ?

Le Résident. – Oui

l’Éducateur. – Tu m’en offres une ?

Le Résident. – Bien sûr, avec plaisir.

                 Temps. 

l’Éducateur. – Alors ?

Le Résident. – Fais-moi une demande écrite.

l’Éducateur. – Pardon ?

Le Résident. – Fais-moi une demande écrite.

l’Éducateur. – Je te demande juste une cigarette.

Le Résident. – J’ai bien compris. fais-moi une demande écrite.

l’Éducateur. – Qu’est-ce qui te prend ?

Le Résident. – Tu ne comprends pas ? Tu ne sais pas écrire ?

l’Éducateur. – Si je sais écrire. Je ne vais pas t’écrire pour une cigarette.

Le Résident. – Il faut formaliser mon vieux, comme ça les choses seront claires.

 

L’œil pédagogique

Cette pièce est accessible à un public large, y compris des lycéens si et seulement si la pièce est accompagnée d’une préparation pédagogique autour de la consommation de stupéfiants et si après sa lecture, les enseignants sont en capacité d’entendre les ressentis des lycéens sur cette question. Elle entrerait par exemple dans le cadre du Parcours Santé. Outre sa dimension littéraire, cette pièce peut être l’expérience de vie d’un toxicomane en voix de décrochage tout en démontrant l’impact de la consommation de substances illicites sur une personne, sa vie, son environnement, laissant entrevoir des causes si dramatiques. Les lycéens doivent être accompagnés dans ces réflexions qui nécessitent un temps de réflexion sur les causes et les conséquences de ce type d’addiction et les difficultés à s’en sortir.

Biographie de l’auteur que vous retrouverez sur le site de la Compagnie 1057 roses dont Jean Cagnard est aussi co-fondateur. 

http://
Quand toute la ville… de Jean Cagnard, Editions Espaces 34, finaliste Grand Prix Littérature Dramatique 2018 from ARTCENA on Vimeo.

Quand toute la vile est sur le trottoir d’en face, Jean Cachard, Editions Espaces 34, 2017. 

****

Le Grand Prix de La Littérature dramatique a pour vocation d’aider les auteur(e)s dramatiques contemporains en même temps que d’encourager la découverte et leur lecture auprès du public et de notre jeunesse. Dans ce cadre, Qui Veut Le Programme ?, en partenariat avec ARTCENA, publie dans sa rubrique “Lire et faire lire du théâtre” – et jusqu’à l’annonce des deux lauréats – une chronique par finaliste, afin que les enseignants, s’ils le jugent propice, aient toutes possibilités de s’emparer de ces œuvres dans leurs classes.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page