#Rentrée 2018 – “Je vole… et le reste je le dirai aux ombres !” De l’homme au monstre, du réel au poétique-magique et philosophique : une nouvelle réussite du FOUIC Théâtre. A voir d’urgence, à partir du cycle 4

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

“Je vole… et le reste je le dirai aux ombres”, ou la sublime tentative de décryptage de “la seconde” où un homme bascule. Avec magie, humour et réflexion, F.O.U.I.C. Théâtre interroge le parcours du “tueur de Nanterre”.  L’humain, la violence, ce qui influence les tournants de nos vies… le tout sur un plateau.

Le portrait chinois

Si c’était un accessoire ?

La loupe ou le microscope électronique pour mener l’enquête.

Si c’était une couleur ?

La transparence, qui rend la magie possible et que l’on cherche pour comprendre l’âme humaine.

Si c’était un animal  ?

Un homme ou l’homo sapiens… sapiens?

 

L’œil

“Une seconde “… c’est à la recherche de cette seconde où le ” tueur de Naterre” a sauté dans le vide, que nous partons avec l’équipe du F.O.U.I.C. Théâtre. Ou plutôt, nous mènent-ils sur les traces de ce qui constitue et délie notre humanité ?

Après Timeline, remarquable création sur  le théâtre et l’évolution de notre rapport au temps et aux mots… entre autre, F.O.U.I.C. Théâtre met son inventivité et sa conviction au service d’une autre question clef et délicate.

Il est rare qu’un fait divers actuel soit traité avec tant de justesse et de distance… Cette distance magique et poétique qui permet de s’interroger, de faire sens, de faire oeuvre de fiction !

Sur la scène plusieurs parallélépipèdes nous font face. Le premier de bois, qui sera bureau provisoire ou armurerie, le deuxième pour la cabine téléphonique et son banc public, enfin en fond de scène trône un aquarium que l’on nommera “coulisses des anges-ombres questionnant” ou “ateliers à perruques version 2001 odyssée de l’espace”…

L’idée magistrale de l’auteur (Jean-Christophe Dollé) est de ne jamais faire apparaître celui qui a basculé. Ce sont les ressentis des protagonistes qui ont jalonné son chemin, qui nous donnent des éléments de l’enquête.

La mise-en-scène ciselée, poétique et teintée d’humour (signée Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé) jouant avec la magie (orchestrée par Arthur Chavaudret), nous fait parfois ressentir les émotions ou actions du “tueur de Nanterre” par des mouvements ou vibrations invisibles…

Le travail sonore (Soizic Tietto), qui se modifie selon les espaces, apporte à la complexe subtilité de l’ensemble, tellement nécessaire !

Grâce aux excellents interprètes unis et singuliers, on traverse, on approche presque, comme l’appelait B.-M. Koltes, dans  Roberto Zucco , ce qui déclenche le “petit déclic dans la tête”.

Grâce à Je vole… le reste je le dirais aux ombres, et sa mise en fiction d’un fait divers contemporain, on peut s’interroger ensemble et individuellement sur ce  qui fait basculer une vie, à passer à l’acte : tuer ou se tuer. Et plus généralement sur ce qui motive, influence, constitue les choix de chaque être humain. Une enquête à réfléchir et à partager d’urgence !

L’œil pédagogique

La question du monstre, la figure du ” héros” de faits divers, et celle du déclenchement de la violence et de ses origines, pourront être développées d’après cette création, aussi bien en français, qu’en histoire, en E.M.C. ou en philosophie. Les éléments techniques de la scénographie (matériaux utilisés, plans, dispositifs plateau), qui donnent sa magie et sa distance au spectacle, pourront, pourquoi pas être étudiés en mathématiques, sciences physiques et technologie.

 

Je vole… et le reste je le dirai aux ombres.

Vu au Festival d’Avignon 2018 au 11.Gilgamesh Belleville.

 6 et 7 décembre 2018 : Zeppelin à Saint-André Lez-Lille (59). (D’autres dates à venir)

Texte de : Jean-Christophe Dollé.
Mise en scène de : Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé.
Assistés de : Leïla Moguez.
Avec : Julien Derivaz, Clotilde Morgiève, Jean-Christophe Dollé.
Et les voix de : Félicien Juttner et Nina Cauchard.
Scénographie et costumes : Marie Hervé.
Conception magie : Arthur Chavaudret.
Lumières : Cyril Hamès.
Dispositif sonore : Soizic Tietto.
Musique Collectif : N.O.E.
Régie plateau : François Leneveu.

Durée : 1h25

Production f.o.u.i.c. théâtre.

Soutien SACD
La compagnie, en résidence pour 3 ans à la Maison du Théâtre et de la Danse, est soutenue par la ville d’Épinay-sur-Seine et par le conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Création les 19 et 20 janvier 2018 à La Maison du Théâtre de la Danse d’Epinay-sur-Seine.

Festival d’Avignon 2018 • du 6 au 27 juillet au 11 • Gilagmesh • Belleville

Tournée 2018-2019 à suivre sur  http://www.fouic.fr/

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page