#Avignon OFF (théâtre d’objet) – Shakespeare s’invite à table avec Barbaque compagnie : entrée assaisonnée, plat saignant et dessert délicieusement sucré… (dès cycle 3, à partir de 10 ans, puis sans limite d’âge ni de niveau)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Ce soir “Shakespeare vient dîner” ! Encore quelques dates dans le Off du Festival d’Avignon, puis en tournée, pour déguster avec la Cie Barbaque, un théâtre d’objet sur table dont Caroline Guyot, à la conception et au jeu, en a le secret. Au menu : trois extraits des pièces de Shakespeare sont donc joués (à table!) par une comédienne chevronnée et douée. En guise d’entrée, “Songe d’une nuit d’été” s’empare de la ménagère affairée à préparer ses légumes du soir ; le plat, saignant et “incarné”, met à l’honneur “Macbeth” ; le dessert, délicieux avec sa pièce montée, donne un éclairage nouveau sur “Roméo et Juliette”. Pas si simple de jouer 55 minutes à table et d’arriver à saisir les enjeux de trois pièces de notre cher William. La mise en scène de plateau par Thomas Gornet y a certainement joué un rôle essentiel. Elle est à plusieurs niveaux particulièrement bien orchestrée. 

 

C’est drôle, vivant, parfois saignant et même caustique ! A commencer par la pièce la plus féerique du répertoire de Shakespeare qui prend vie grâce à quelques variétés de choux et à un bouquet de persils. Une ménagère des années 50, installée sur sa table en Formica (cela va de soi) pour préparer son repas, suit avec passion et avidité la retransmission de son feuilleton préféré d’une pièce radiophonique qu’elle semble connaître par cœur : Songe d’une nuit d’été. La scène choisie est celle de Lysandre, Hermia, Démétrius et Héléna, se retrouvant dans la forêt, avec Puck, Titania et les autres. Si la pièce se finit bien, les pauvres légumes subissent une telle prise de pouvoir de la ménagère qu’on finit par se demander à quoi ressemblera son plat. La dégustation de cette mise en bouche n’en est pas moins appétissante.

 

 

En guise de plat de résistance, on change d’époque avec une des pièces les plus abouties du répertoire de Shakespeare, mais aussi une des plus sanglantes, Macbeth. Jouée à partir d’un steak tartare et de frites bien grillées, on revit le meurtre du roi Duncan, les hallucinations de Lady Macbeth et le meurtre de Macbeth lui-même. Entre ketchup et carnation, les extraits choisis incarnés sont délicieusement saignants. Attention, végétariens s’abstenir !

 

Reste pour le dessert Roméo et Juliette. Certainement la pièce la plus connue du répertoire de Shakespeare. Pièce montée flanquée de personnages personnifiés par des petits verres aux couleurs étonnantes, et orchestrés par une Caroline Guyot transformée en une sorte de marionnettiste-manipulatrice alcoolisée, incisive à souhait et qui nous donne ainsi à voir les rivalités des deux familles : l’histoire d’amour bien entendu et surtout le rôle si ambigu de Frère Laurent qui incite les amants à mentir les conduisant à la mort.

Le menu est si bon que nous suivons sans difficulté les compositions pourtant complexes de tous ces plats de choix.

 

En arrière-plan, la présence d’un personnage muet. A la fois majordome et cinématographe, il est une sorte de démiurge muet qui nous permet aussi de traverser des époques et certainement en filigrane une histoire plus personnelle, rejouée par des souvenirs d’images familiales. Dans chaque livre lu, il y a aussi forcément notre histoire qui se joue et que l’on projette. Drôle, caustique, mais aussi très sensible. Encore une version de plus des pièces de Shakespeare qui pointe avec brio l’atemporalité de l’auteur.

 

 

L’œil pédagogique :

En moins d’une heure, trois pièces de Shakespeare sont résumées.

Ce spectacle peut être vu à partir de 10 ans et certainement dès le CM2. Il sera très simple de faire entrer les élèves en amont en leur faisant jouer des extraits de ces pièces et en leur expliquant leur trame narrative.

Les professeurs d’anglais et d’arts plastiques y trouveront aussi leur intérêt.

Dossier pédagogique à venir. 

 

 

Shakespeare vient dîner

À 19H00 : Du 6 Au 29 Juillet.

Puis tournée.

PRÉSENCE PASTEUR
13, rue du Pont Trouca
84000, Avignon

Conception et jeu Caroline Guyot, avec Amaury Roussel et Thomas Gornet en alternance.
Mise en scène de plateau : Thomas Gornet.
Dramaturgie et mise en scène : Aude Denis.
Création Musicale : Martin Hennart.
Création Vidéo : Philippe Martini.
Création Lumières : Pierre-Yves Guinais.
Costumes : Gwenaëlle Roué.
Scénographie et construction : Amaury Roussel et Pierre-Yves Guinais.

>>Barbaque compagnie

Une production : Barbaque Compagnie.
Co-production : La Rose des Vents Scène Nationale, La Maison Folie de Moulin, Ville de Lille.
La compagnie est aidée au projet par la Région les Hauts de France, et la DRAC Nord Pas-de-Calais Picardie.
Résidence de création : La Makina, Hellemmes, la Rose des Vents, Maison Folie de Moulin, la Ferme d’en Haut.

Crédit photo : ©horric.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page