#L’Aria ou l’art de former et transmettre par la création théâtrale

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

À l’occasion d’une conférence de presse organisée par l’Aria, “Qui Veut Le Programme ?” a pu en apprendre un peu plus sur cette association unique. « L’Aria, c’est une utopie ! » affirme son président Robin Renucci. Depuis sa création en 1998, l’Aria œuvre pour l’accompagnement des pratiques artistiques et culturelles. Son splendide centre est situé à Pioggiola au Nord de la Corse où sont dispensées des formations qui concernent tous les publics.

 

Robin Renucci

Que développe l’Aria ?

L’Aria propose des stages durant toute l’année et pendant l’été en Corse. La formation et la transmission pour la jeunesse par la création théâtrale sont au cœur de leur action, mais les stages sont ouverts à tous : des plus jeunes aux plus âgés, des amateurs aux professionnels, des enseignants aux éducateurs, avec toujours l’idée de relier la formation à la création artistique. Tout au long de l’année, ces formations concernent près de 500 stagiaires !

Représentation de Moby Dick

L’Aria accueille aussi régulièrement des jeunes issus de foyers éducatifs. Plongés pendant une semaine d’immersion hors de leur système quotidien, ils pratiquent des jeux de corps, de mémorisation et de théâtralité et doivent monter une pièce d’ici à la fin de leur séjour. Bien qu’étant quelque peu récalcitrants au démarrage, “ces jeunes ressortent complètement transformés après une semaine de création et d’évasion”.

Mais attention ! L’Aria tient à conserver son étiquette de projet sur l’art plus que d’action sociale : l’art permet nécessairement d’aider les plus en difficultés, mais pas question d’abaisser le niveau en en faisant un espace social, bien au contraire. Il s’agit avant tout d’un haut lieu artistique où l’on accueille tout le monde. En effet, chaque formation s’inscrit dans la tradition de stages de réalisation. Les stagiaires sont donc amenés à présenter le fruit de leur réalisation collective ou individuelle devant un public. En mêlant professionnels et amateurs dans un lieu très ouvert, sans cloison, l’Aria continue son travail, d’ouverture des frontières, de transgression des séparations habituelles entre champ social, économique et culturel. Serge Nicolaï, le nouveau directeur artistique et pédagogique depuis deux ans (ayant succédé à Serge Lipszyc) explique cela très bien.

D’un point de vue économique, l’Aria est le premier employeur de la vallée et la principale activité économique pendant l’été. Elle est en autofinancement à 50%. La région Corse finance à hauteur de 30-35%, le Ministère de la Culture apporte une faible contribution de seulement 50 000 € (sur un budget à un million). Le Ministère de la jeunesse et des sports ainsi que la Fondation de France participent également à son budget.

 

La petite histoire : l’origine du lieu

Stazzona, Juillet

Le lieu, véritable théâtre à ciel ouvert, est une bâtisse qui fût autrefois consacrée à l’instruction publique laïque, léguée par un habitant du village, Noël Battaglini, un Corse très impliqué dans l’éducation, la transmission et l’art. Désormais, la Casa Battaglini accueille toute l’année des stages de théâtre, organisés par l’Aria, mais aussi un point d’accès multimédia ainsi qu’un lieu de socialisation pour les enfants de six mois à seize ans. Cette histoire sera le thème principal des spectacles de l’été prochain, racontée à travers le testament et l’acte de notaire de Noël Battaglini qui ont été retrouvés.

 

Le programme de cet été

Les stages de réalisation auront lieu du 15 juillet au 11 août et les représentations du 4 au 11 août 2018 à Pioggiola au sein d’A Stazzona (la Forge), un véritable espace scénique dont les dimensions et équipements correspondent aux critères de la profession. Au programme : Burning Blue, L’Illusion comique de Corneille, Le Médecin Malgré lui de Molière, Hamlet de Shakespeare, Soir de fête d’Evelyne Loew et Les Vitamines du bonheur, adaptation de 3 nouvelles de Raymond Carver. Parmi les formateurs de cette 21ème rencontre, seront présents Gérard Chabanier, Olivia Corsini, Lauriane Goyet, Simone Grenier, Brigitte Jacques-Wajeman, Serge Nicolaï, Sandy Ouvrier, Thibault Perrenoud et Yaël Rasooly. Pour les jeunes acteurs en herbe, des ateliers de réalisation pour les 6-10ans et les 11-17 ans seront proposés. Des films tels que La Règle du jeu de Mathieu Amalric ou encore  Le Spectacle de la terre de Christian Palligiano seront projetés.

 

L’Aria ne se fige jamais et ne cesse d’évoluer. C’est un espace qui se veut international et non nationaliste, une véritable tour de Babel. C’est aussi un vrai projet politique dans un lieu névralgique où les participants sont dotés d’un haut niveau artistique.

 

Renseignements et réservation :

>>ariacorse

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page