#Dans “La Cuisine de Marguerite” ou une longue après-midi savoureuse à la Scène de Thélème

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

C’est un fait : Marguerite Duras, pour grande romancière qu’elle fût, donna aussi des textes de choix au théâtre et … à l’art culinaire. C’est dans un cadre unique et choisi, celui de la « Scène Thélème », qu’une cinquantaine d’élèves parisiens purent, en ce jour de printemps, déguster ses recettes, à l’occasion du Premier Festival des Arts de la Scène et du Goût, organisé par Françoise Gomez, I.P.R. Honoraire de Lettres et Théâtre, avec la complicité de Fériel Boushaki, responsable de la communication à la Scène Thélème, et avec la bénédiction du maître des lieux, Jean-Marie Gurné. La veille, les collégiens avaient découvert les coulisses des cuisines du restaurant étoilé qui escorte le théâtre, en ce lieu unique, niché 18 rue Troyon (à deux pas de l’Etoile) et pu échanger avec Julien Rocheteau, le chef de cuisine.

 

 

Jean-Marie Gurné, directeur des lieux, nous en conta donc l’histoire en évoquant son désir ancien de créer un espace dédié à la fois à la gastronomie et au théâtre. Dans ce lieu hors du commun, nous pûmes nous délecter de la magnifique conférence que nous offrit Madame Joëlle Pagès-Pindon, spécialiste de l’œuvre de Duras, vice-présidente de l’association Marguerite Duras, et co-éditrice scientifique aux éditions de La Pléiade des œuvres de la romancière.

Puis, Gérard Elbaz, dramaturge et formateur, nous nourrit d’extraits du Square (pièce créée le 17 septembre 1957, et déjà portée à la scène par G. Elbaz en 2017) nous les faisant mettre en voix, pour ne pas dire en bouche.

Enfin, à l’occasion du spectacle à l’affiche, La Cuisine de Marguerite, les recettes de Marguerite Duras, déclinées par deux comédiens, Marine de Missolz et Guy Prévost, nous firent saliver. Dans un décor sobre et resserré, Laurent Sauvage met ses comédiens naturellement … à table !

Si le spectacle débute avec la mendiante de Calcutta du Vice-consul, contrainte de manger la terre à défaut de riz vert, qui nous rappelle la misère de ce monde, les plats et mets défilent ensuite, aiguisant nos papilles gustatives, de la célèbre omelette vietnamienne à la simple soupe de poireaux que « les Français cuisent toujours trop longtemps ».

 

 

 

À travers ce montage de textes, les comédiens, à la diction parfaite, nous proposent aussi une apologie de la femme, dans le rôle ancestral de gardienne du foyer, telle que Duras n’hésitait pas à la camper encore, au cœur des années 80 (le Ministère du Droit des Femmes est créé en 1981) ! Sa méticulosité ménagère nous est révélée par la liste des vingt-cinq ingrédients indispensables au bon fonctionnement d’une maison, et qui était fixée au mur de la cuisine de Neauphle-le-Château. Certes, cette Marguerite semble bien éloignée de la Beauvoir du Deuxième sexe, du M.L.F. et des Éditions des Femmes, d’Antoinette Fouque, hors de son temps peut-être… On n’oubliera pas cependant que la même Marguerite écrivit aussi dans la revue féministe et artistique Sorcières, créée par Xavière Gauthier en 1975. Et selon la devise de Frère Jean des Entommeures, « Fay ce que vouldras ! »

 

Régal de mots, de couleurs et de saveurs imaginées. Un vrai festin !

 

 

 

Allez vite faire bombance à la « Scène de Thélème », jusqu’au 24 mars, puis à Rouen et environs où le duo se produira en avril. Dans le cadre du Festival des Arts et du Goût, « La Cuisine de Marguerite », au Théâtre Thélème, 18, rue Troyon Paris 17ème, Métro Charles de Gaulle-Etoile.

 

 

 

 

 

 

LA CUISINE DE MARGUERITE

Du 7 au 24 mars 2018 à 19h. 

Puis en tournée à Rouen dans le cadre du Festival Terre de Paroles.

Laurent Sauvage, acteur et metteur en scène, présente La Cuisine de Marguerite et raconte Marguerite Duras à travers le petit livre LA CUISINE DE MARGUERITE : sa façon géniale par exemple de nous parler d’une soupe aux poireaux, des odeurs, de la solitude, du temps, de l’amour.

Texte : Marguerite Duras.

Adaptation et mise en scène : Laurent Sauvage.

Interprétation : Marine de MISSOLZ et Guy PREVOST.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page