#Ici il n’y a pas de pourquoi ! (dès la 3e) : adaptation subtile, puissante et percutante de cet indispensable texte “Si c’est un homme”, à voir absolument en classe, en famille ou en simple citoyen !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Adapter Si c’est un Homme” est un pari à la fois indispensable, fou et téméraire. Cécilia Mazur et Tony Harrisson réussissent ce tour de force, tout en décontextualisation le propos, afin de mettre en avant les questions de la déshumanisation et de la survie. Le jeu sensible et puissant du comédien (ici également à l’adaptation et à la mise en scène) facilite l’identification. Un moment intense et essentiel à voir en tant que citoyen en classe ou en famille à partir du lycée. (En Avignon cet été, en tournée 2018-19 et déplaçable dans votre établissement…). 

 

Le portrait chinois

Si c’était un élément de la nature ?

L’oeil du cyclone.

Si c’était une couleur ?

Le vert de l’espoir : survivre et transmettre.

Si c’était un son ?  

La pulsation du sang qui coule dans nos veines et inonde le cœur, révolutionne le cerveau.

 

L’oeil 

Sur le plateau, à travers la fumée, nos yeux découvrent progressivement des tubes métalliques de hauteur variée et de rares praticables. Nos oreilles perçoivent des sons, puis l’on distingue en fond de scène un unique instrument : le hang, métallique lui aussi. La création au hang de Guittòti donne à percevoir, tour à tour, l’univers terrible et innommable du camp, accentue la machine de déshumanisation et révèle des espaces de liberté.

On est alors traversé par l’inimaginable, le pire de l’homme, mais aussi par ses rêves, sa force, ses ressources insoupçonnées.

Cette partition interprétée magistralement par Tony Harrisson, touche à l’intime et à l’universelle, au cœur et à l’âme.

L’apparente jeunesse et forme de cet artiste, font écho à ces jeunes, ces adolescents, qui ont été les plus nombreux à survivre à la Shoah. Cela met en avant le combat pour la vie, permet une forte identification et accroit la violence, l’impensable, l’horreur du propos. On pense aux témoignages des survivants de la Shoah (notamment à Michel Feldman vu dans Voyages) qui n’ont jamais cessé de témoigner en même temps qu’ils ont pleinement goûté à la vie !

Cette sensible et puissante création fait voler en éclats tous les codes : pour une fois l’adaptation ne trahit pas les auteurs (Primo Levi et Pieralberto Marche) tout en dé-contextualisant (les faits, lieux historiques ne sont pas nommés). Pour une fois le musicien est dit blanc et l’acteur principal est dit noir ; pour une fois, une pièce, sur ces sujets, parle aux cœurs pour mieux faire travailler l’esprit. Depuis Holocauste par Claude Régy, c’est peut-être la proposition la plus dense, la plus puissante, la plus universelle. On pleure, on vibre et l’on pense aussi à Dans le nu de la vie, le premier ouvrage consacré au génocide rwandais de Jean Hatzfeld, ainsi qu’à toutes les tentatives de déshumanisation et concentrationnaire, quelle que soit leur dimension, depuis que Primo Levi nous en a livré le témoignage.

Merci à toute l’équipe de Ici il n’y a pas de pourquoi pour ces représentations bouleversantes, nécessaires et si justes.

Ici il n’y a pas de pourquoi création adaptée de Si c’est un homme donne à vivre et à penser, un grand moment de vie, de survie, de théâtre : une pièce à voir absolument.

 

L’œil pédagogique

Bien entendu, les matières suivantes pourront y trouver supports : l’Histoire, l’E.M.C., le Français, l’Italien. Mais également la Musique et les Sciences Physiques autour des sons créés et de la géométrie du décor.

 

ICI IL N’Y A PAS DE POURQUOI !

D’après Si c’est un Homme  de Primo LEVI et Pieralberto MARCHE.

Adapté par Cécilia MAZUR et Tony HARRISSON. 

Mis en scène et avec Tony HARRISSON. 

Dates de tournée 2018 :

13 Mars (2) : Clichy.

9 ou 10 Avril (2) :  Lesigny.

20 Avril au 6 mai : Festival Komidi (Réunion).

18 Mai (2) : Bondy.

du 6 juillet au 30 juillet : Festival d’Avignon.

tournée 2018-19 à suivre.

Musique : GUITÒTI.

Création Lumière : Dan IMBERT.

Scénographie : William JEAN BAPTISTE.

Chorégraphie Sonia RUGRAFF.

Regard Extérieur Wally BAJEUX.

Production : ARKENCIEL COMPAGNIE.

WWW.ARKENCIELCOMPAGNIE.COM

Coréalisation :Théâtre Lucernaire, lieu partenaire de la saison égalité 3 initiée par HF IDF. 

Soutiens : Mairie de Paris 9ème arrondissement, Ville de Sarcelles, DILCRA, SPEDIDAM et EUROPE DE LA MÉMOIRE.

Contact Diffusion : Emmanuelle DANDREL 06 62 16 98 27. 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page