# L’inversion de la courbe (Classes de lycée et au-delà) ou la lente descente d’un monsieur tout le monde

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

En ce moment au Théâtre de Belleville et jusqu’au 26 février se joue “L’inversion de la courbe” écrit et mis en scène par Samuel Valensi, aussi diplômé d’HEC. Sa position est intéressante et explique le lien qu’il entretient avec ce personnage de la pièce, Paul-Eloi, toujours poussé à la productivité par son entreprise, jusqu’au jour où c’est la dégringolade… 

“Partout où il passe, les chiffres le disent, Paul-Eloi est au sommet. Lorsqu’il se fixe des objectifs, c’est pour les atteindre et les dépasser. Tout dans sa vie est en pleine croissance, autant qu’une célèbre courbe qui commence à l’inquiéter.”

Toujours aller plus loin, toujours faire plus, au détriment de soi et des siens, bafouant les besoins les plus élémentaires pour conduire à une déshumanisation totale. Le bon exécutant d’une entreprise est jetable autant qu’un simple kleenex.

Dans cette comédie satirique, même si le jeu des deux jeunes interprètes masculins est encore jeune et manque parfois de nuance et de composition, le texte est toutefois mené tambour battant et orchestré dans une scénographie simple et redoutablement efficace. La métaphore du sport et de la compétition est tellement juste que par moment le théâtre ne crée plus cette distanciation. Samuel Valensi sait de quoi il parle et pour cause certainement ses années à HEC (vous trouverez une interview des plus intéressantes à son sujet). En abordant l’omniprésence de la productivité dans notre quotidien, l’auteur et metteur en scène casse les frontière du théâtre pour rejoindre une réalité aujourd’hui malheureusement bien trop ordinaire…

 

L’œil pédagogique

Ce spectacle pourra intéresser les classes de lycée et toutes les filières qui ont un pied dans l’entreprise. Ainsi une discipline telle que les S.E.S. est au premier plan. Il serait intéressant aussi d’aller faire une incursion dans les programmes du côté de l’EMC et pourquoi pas de la philosophie sur la question du travail et de l’éthique.

 

“L’inversion de la courbe”

Texte et mise en scène Samuel Valensi.

Avec le regard de Brice Borg.

Avec Michel Derville, Paul-Eloi Forget, Alexandre Molitor et Maxime Vervonck.
Création lumières Anne Coudret.
Assistée d’Angélique Coudret.
Création vidéo et motion design Alexandre David.
Musique Léo Elso et Samuel Valensi.
Scénographie Julie Mahieu.

Diffusion FAB Émilie Vervaët et Xavier Legat.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page