# Entre danse et salle de sport avec Jacques Gamblin et Bastien Lefèvre (dès cycle 4) : 1 heure 23’ 14’’ et 7 centièmes d’intense plaisir

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Rares sont ceux qui ne s’inclinent pas devant le travail et le talent de Jacques Gamblin. Acteur discret et non moins prolifique. Comédien à la stature digne des plus grands noms. Auteur étonnant (il signe tous ces spectacles depuis de nombreuses années). Avec “1 heure 23’ 14’’ et 7 centièmes”, c’est dans une salle de sport qu’il (nous) entraîne (en compagnie de) Bastien Lefèvre. L’un en tant que coach, l’autre en tant qu’athlète. La leçon est intense. Elle se jouera au Théâtre du Rond-Point.

Jacques Gamblin réussit cette prouesse de réunir deux arts que l’on pourrait presque considérer comme paradoxaux : la danse et le théâtre. Paradoxaux, car en danse, le sens vient après ; au théâtre, on cherche l’histoire avant tout le reste. Entre un Bastien Lefèvre confiant que le sens va arriver et un Jacques Gamblin inquiet qu’il n’arrive pas, c’est sur ce fil, dans cette “recherche infinie de l’équilibre et de la confiance” que ce spectacle se co-construit, sur scène comme dans sa mise en scène.

Avec Gamblin, il s’agit toujours de petites histoires, celles de fragments de vie regardés à la loupe et qui racontent une aventure humaine. Son auteur aime qu’une histoire soit racontée sans qu’on sache comment elle s’est racontée. “C’est mon truc”, confie t-il après le spectacle. C’était déjà le cas dans “Tout est normal mon cœur scintille”, son spectacle précédent. Ici, les conseils de l’entraîneur exultent et rebondissent, marquent le tempo de charybde en scylla, entrecoupés de quelques adages, des moments de poésie tout en suspension. À couper le souffle. Et articulés par l’enchevêtrement de ces deux corps désarticulés.

 

Comment donc trouver la brèche, transmettre et arriver à apprendre, apprendre à s’échapper aussi de la petite histoire (souvent une question de survie) pour qu’elle devienne universelle ? Dans une scénographie au décorum sobre et confiné d’une salle de sport, deux corps superbement sculptés (et revêtus de survêtements noirs et orange pétant, on aime le contraste) font du sport, ou plutôt l’évoquent de manière “dynamique” sans pour autant toucher à aucun sport. Universalité transcendée encore un peu plus grâce à l’absurde que côtoie Gamblin dans chacun de ses spectacles et qui peut aussi devenir ici un bel éloge de la folie. Tous les moyens sont bons dans ce voyage où corps et mots se cherchent et se disputent. Ils vont en tout cas chercher en chacun de nous un peu de cette fragilité, de cette rage, de cette colère, de cette sueur “de soi” qui fait notre humanité. Cette difficulté à être et à devenir. Tellement.

Sous la direction de Catherine Gamblin-Lefèvre, le danseur Bastien Lefèvre (c’est donc aussi dans la vie comme sur scène une belle histoire de famille et de transmission) possédait déjà, dans “Tout est normal mon cœur scintille”, cette beauté évanescente et spectrale. Dans ce duo, il révèle cette recherche perpétuelle du geste précis, une endurance époustouflante dans laquelle le corps repousse sans cesse les limites de l’acceptable. Le spectacle est intense et exigeant. Intense en émotion, exigeant physiquement puisqu’il nécessite trois heures d’échauffement pour les comédiens avant chaque représentation.

Quant au spectateur qui traverse ces “1 heure 23 minutes 14 secondes et 7 centièmes” (ou presque !) de spectacle, certaines phrases sont une gifle : “Ce n’est plus l’heure des pourquoi, c’est l’heure des parce que”. D’ailleurs, “tu as le droit d’aller mal, mais tu n’as pas le droit de ne rien faire pour aller mieux”… car “Il ne faut pas vouloir trop et travailler à ne pas vouloir”. Dans cette séance de répétition, les corps sont en suspension, les mots en extension. Les deux s’enchevêtrent, se transmettent et travaillent à être, dans une réciprocité troublante.

 

L’œil pédagogique

Ce spectacle n’est pas sans évoquer la relation si particulière qui peut se créer entre un enseignant et son élève. Un dossier pédagogique interdisciplinaire est en préparation. Les matières concernées sont le français (dès la fin du cycle 4), les mathématiques et la physique (cycle 4 et seconde). Quelques pistes en EPS seront également données.

 

Article en partie repris et signé il y a deux ans sur le site de la Revue du Spectacle par la même auteure. 

1 heure 23’ 14’’ et 7 centièmes

Textes : Jacques Gamblin.
De et avec : Jacques Gamblin et Bastien Lefèvre.
Chorégraphie et sélection musicale : Bastien Lefèvre.
Assistante à la mise en scène : Domitille Bioret.
Assistante à la chorégraphie : Catherine Gamblin-Lefèvre.
Scénographie : Alain Burkath.
Lumières : Laurent Béal.
Costumes : Marilyne Lafay.
Staff d’entrainement : Anne Bourgeois et Yannick Hugron.
Son : Marc de Frutos.

Durée : 1 h 20.

Du 13 février au 18 mars 2018 (18h30 ou 20h30)
Théâtre du Rond-Point

Publics scolaires actions pédagogiques :

Contact : Joëlle Watteau – responsable scolaires et universitaires
01 44 95 98 27 – j.watteau [arobase] theatredurondpoint.fr
01 44 95 58 95 — rp.scolaire [ arobase ] theatredurondpoint.fr

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page