# T.G.P., “Le Dernier jour où j’étais petite”, création qui percute les esprits et donne de l’espoir. A voir avec des lycéens !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Au Théâtre Gérard Philipe, une création de et par Mounia Raoui où notre construction d’enfant s’entrechoque avec la réalité du monde capitaliste. Une langue où tout se dit avec douceur et force.  Un manifeste amoureux à sa condition d’artiste. “Le Dernier jour où j’étais petite” : un seul en scène qui entraine vers la vie et enthousiasme les adolescents !

 

Le portrait chinois    

Si c’était un végétal ?

Le tournesol

Si c’était un objet ?

Une alliance… au Théâtre !

Si c’était une musique ?

Un cœur battant, tel une boite à musique préservée de l’enfance.

” Sans la nommer” de Georges Moustaki.

 

 

L’œil

A l’angle d’une cuisine dont les murs n’ont pas de fin, la comédienne et auteure Mounia Raoui, entre poésie, slam et cris, nous livre sa vie, ses révoltes et ses incompréhensions. Ses mots sont toujours pleinement sincères et remplis d’espoir, de vie. Ce texte, parsemé d’humour, percute par sa véracité. Il caresse les cœurs ou les violente, tel une bourrasque pour les idées arrêtées.

Rarement le thème de l’enfance aura été regardé par ce prisme : comment l’enfant qui commence à parler se construit, rêve sa langue et comprend le monde qui l’entoure ? Cet enfant, qui devenu grand, doit à son tour, “traduire” son monde, ses choix, sa langue à ses parents…

Le spectacle raconte également en quoi l’enfance peut nous suivre, comme une amie, un guide pour vivre libre : “Je cherche la liberté de faire ce que je dois”, comme l’écrit l’auteure.

On s’attache, on respire, on vibre, avec cette petite fille pleine de vie et d’absolue, cette “tête dure” qui, aujourd’hui adulte, choisit la vie qu’elle veut, au mépris des fossés qui se créent avec ses parents, des difficultés que lui font traverser sa condition d’artiste et de femme dans une société capitaliste d’aujourd’hui.  Mounia Raoui interroge par là l’évolution du rapport au “travail” au fil des générations, ainsi que le mot “travail” lui-même, de toute son intériorité.

La mise en scène de Jean-Yves Ruf, ainsi que le travail corporel de la danseuse et chorégraphe Kaori Ito et celui de Azusa Takeuchi, tissent un cocon exigeant et beau qui rend la liberté à cette précieuse comédienne, qui ne cesse de nous toucher au cœur.

D’ailleurs ce soir-là, après cette courte heure de spectacle, plusieurs lycéens se sont levés pour l’applaudir vivement et s’écrier : “Trop forte !”, “Trop vraie !”,  “C’est le meilleur spectacle qu’on ait vu !”

L’œil pédagogique

Cette création aborde plusieurs thèmes qui peuvent faire échos en histoire, géographie, E.M.C., et philosophie : les migrations, la lutte des classes, l’histoire du capitalisme, la montée du chômage. La condition d’artistes, ainsi que l’émancipation des femmes sont aussi fortement présents dans ce texte.

L’écriture entre vers libres, slam et poésie, pourront être un objet d’étude en français.

 

 

“LE DERNIER JOUR OÙ J’ÉTAIS PETITE”

Du 8 au 26 novembre 2017.
du lundi au samedi à 20h, dimanche à 15h30,
relâche le mardi et le jeudi 23 décembre.

Durée : 1 h salle Jean-Marie Serreau.

Texte et interprétation : Mounia Raoui.
Mise en scène : Jean-Yves Ruf et Mounia Raoui.

RENCONTRE AVEC L’ÉQUIPE ARTISTIQUE

Dimanche 19 novembre à  16h30

EN TOURNÉE
Théâtre du Colombier (93) les vendredi 30 et samedi 31 mars à 20h30 2018

INFORMATIONS PRATIQUES

Théâtre Gérard Philipe, Centre dramatique national de Saint-Denis.
59, boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis.
Billetterie : 01 48 13 70 00.
Navette retour gratuite tous les soirs vers Paris, les jeudis et samedis à Saint-Denis.

Travail corporel : Kaori Ito et Azusa Takeuchi.
lumière Ivan Mathis.
Musique : Areski Belkacem.

Crédit photos :Pascal Victor.
Production La Compagnie Toutes nos histoires – Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis.
Coproduction Compagnie Le Chat Borgne Théâtre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page