“Histoire d’une femme”, chronique sans fard de la misogynie ordinaire et savoureux parcours d’une femme qui tombe… Et après la chute ? La relève !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Pour Muriel Gaudin, Pierre Notte a remanié son texte dialogué en un monologue qu’il met lui-même en scène. Avec vigueur et sensibilité, elle porte les voix de tous les personnages, la femme du titre bien sûr, mais aussi tous les hommes qu’elle croise, offrant ainsi le spectacle d’une femme, seule en scène, (tout) contre une kyrielle d’hommes, mais surtout avec nous, quel que soit notre genre.

C’est d’ailleurs dans les rangs du public que le spectacle commence, par un échange ludique sur le thème des discriminations sexistes. Puis commence l’histoire d’une femme. Elle n’a pas de nom, elle est  “je”, “madame”, ou “petite pute” selon les saynètes qui présentent cette femme dans sa singularité tout en faisant résonner en chacun et chacune les échos de ses expériences.

Dans un dispositif scénique dépouillé (une petite table et une chaise), sobrement vêtue de noir, les pieds nus, une bouteille et un verre à la main, elle raconte comment un jour, la claque d’un passant sur ses fesses l’a fait s’écrouler, dans tous les sens du terme. Et elle a commencé à rompre avec les hommes tout en enquêtant sur eux. Les rencontres et “dialogues” s’enchaînent dans une course effrénée, étourdissante. Les lumières construisent différents lieux, appartement, parc, boîte de nuit. Un projecteur violent vient soudain agresser les yeux de la femme, comme soumise à un interrogatoire tandis que d’un simple mouvement de la tête ou des épaules, la comédienne fait vivre chacun de ses interlocuteurs qui ainsi la traversent au sens littéral du terme. Une pause, elle a besoin de boire, de s’éponger, de se moucher…c’est que les épreuves sont physiques ! La bouteille, tour à tour source d’eau, arme, interlocuteur, discret pénis même, prend alors des allures de bouteille à la mer et ce texte magnifique, ce spectacle, vibrent comme un message percutant mais plein d’espoir à la jeunesse, incarnée par le personnage du collégien, encore enfant, pas tout à fait homme, qui a dû jurer d’être doux quand il ferait l’amour, et qui, main dans la main avec la femme, s’apprête à reconstruire sur les cendres d’une ancienne vie.

 

L’œil pédagogique
Les enseignants de troisième (éventuellement de quatrième), et de lycée, trouveront dans ce spectacle de nombreuses pistes de réflexion en EMC et en Histoire, sur la place des femmes et les
violences, pas forcément reconnues comme telles, qu’elles subissent. Le programme de SVT (différences physiologiques) pourrait être sollicité avec profit et en français, l’on pourrait imaginer un groupement de textes sur la célébration de la femme, de la littérature courtoise à la chanson populaire contemporaine (“femmes” de Jean-Luc Lahaye dans cette mise en scène) en passant par la poésie pétrarquiste.

 

Histoire d’une femme

Texte et mise en scène : Pierre Notte.

Avec : Muriel Gaudin.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page