# Rentrée (maternelle-primaire) ! : “Pas de loup”, un bijou de trouvailles !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Le titre, déjà, nous intrigue… “pas de loup” : il n’y aura pas de loup ? on marchera à “pas de loup” ? Ce spectacle pour les tout petits ( qui charme aussi les grands) est un petit bijou de trouvailles. Le spectateur entre véritablement DANS l’histoire. Pas de 4ème mur, nous sommes DANS la chambre d’un enfant qui a peur et tente de dominer cette peur.

 

Pas de loup ou comment apprivoiser la peur, celle des enfants dans le noir, seuls dans leur chambre après le dernier bisou…

Nous pénétrons dans une chambre d’enfants aux couleurs douces et pastel. Mais, comme pour conjurer le noir de la nuit,  le blanc domine. Les oreillers par terre qui invitent les enfants à s’asseoir, la couette sous laquelle dort quelqu’un, les petits rideaux de la fenêtre, les portes de l’armoire, qui, en s’ouvrant, réserveront bien des surprises, un lapin qui se déplace tout seul… tout est d’un blanc immaculé. Des histoires, celles qu’on raconte le soir aux enfants, nous viennent en tête : Blanche neige, Alice au pays des merveilles…

Le décor est planté, nous sommes invités à entrer dans l’intimité d’un(e) enfant qui a du mal à s’endormir car il entend des bruits, des chuchotements, et même les battements de son cœur. Avec beaucoup de douceur, de grâce et de délicatesse,  portée par une ambiance musicale pianissimo, la comédienne, Nathalie Davoine, marche “à pas de loup” dans cette chambre-cocon, se réfugie sous sa couette, essaie de dormir, se tourne, se retourne, joue avec son ours, se relève, joue avec des carottes musicales, les transforme en avions missiles ou fait semblant de les manger comme si elle était un ogre… Elle entend des bruits qui viennent de l’armoire, son cœur bat fort mais elle en ouvre tout de même les portes et non seulement elle y découvre des vêtements tous différents, mais aussi de la même couleur, rouges, jaunes, puis verts selon les moments où l’armoire est ouverte. Cette ouverture vers ce trou béant devient un moment très fort où l’enfant domine sa crainte pour aller vers l’inconnu. Il est récompensé par la magie des couleurs qui changent et par une figurine de lapin, successivement rouge, jaune et verte, que le personnage emporte avec lui et fait aussi semblant de manger.

Le voyage dans cette chambre prend une dimension onirique, voire fantastique. L’enfant devient “chaperon rouge”, se fait ogre puis lapin très intéressé par les carottes musiciennes qui se mettent à parler pour dire leur peur d’être mangées et crient  presque “au loup !” . … mais le loup n’est pas celui que l’on croit !

Finalement des yeux, comme de petites étoiles jumelles,  s’allument sur les murs, sur un oreiller blanc qui s’anime et guide l’enfant vers son lit pour l’aider à s’endormir.

La musique douce accompagne ce spectacle qui est un petit bijou de poésie, de trouvailles et de jeux avec la peur.

Un très jeune spectateur, qui s’est mis à pleurer en s’asseyant avec sa maman, s’est très vite arrêté dès que le spectacle a commencé et est resté attentif tout le long de la représentation… C’est dire sa force visuelle et… poétique.

 

L ‘œil pédagogique

Recommandé pour les maternelles, CP, CE1, CE2. Thèmes de la peur du noir, du soir avant l’endormissement.

La relativité des origines de la peur (les carottes ont peur du lapin qui est un loup pour elles). Questions à débattre en classe et éventuellement lors de séances de philosophie quand ces cours sont dispensés en cycle 1, cycle 2 et première année de cycle 3 (de quoi avons-nous peur et pourquoi avons-nous peur ? qu’est-ce que la peur ?).

La toute puissance des personnages de contes.

Thèmes du loup dans les contes. Les albums qui détournent ce thème et font du loup un personnage sympathique (par exemple Et pourquoi ? de Michel Van Zeveren et C’est moi le plus fort  de Mario Ramos)

La présence des loups en France aujourd’hui.

Travailler la lecture à partir de l’album de Jeanne Ashbé.

(Voici un teaser très réussi du spectacle qui vous en donnera le ton et les enjeux qui s’y trament…)

 

Pas de loup

Du 17 au 21 octobre 2017 : Les 13 arches – Scène Conventionnée de Brive ; du 29 novembre au 1er décembre 2017
Théâtre Gérard Philipe / Scène Conventionnée de Frouard ; Du 16 au 18 décembre 2017, Festival Sur un petit nuage / Pessac ; du 25 au 26 février 2018, Le Tas de sable / Ches Panse verte / pole régional des arts de la
marionnette / Amiens ; du 20 au 21 mars 2018, La Merise – Espace culturel de Trappes ; du 27 au 31 mars 2018
Ferme de Bel Ebat / Guyancourt ; du 26 au 27 avril, Théâtre Jean Lurçat / Scène nationale d’Aubusson ; du 3 au 5 mai 2018, Les Carmes / La Rochefoucault.

Adaptation par Alban Coulaud d’un album jeunesse de Jeanne Ashbé (auteur belge). Spectacle pour enfants à partir de 18 mois.

 

Avec Nathalie Davoine.

Direction artistique : Alban Coulaud.

Décor : Isabelle Decoux.

Construction : Jérémy Garry.

Direction technique : Simon Chapellas.

Musique : Mami Chan.

Cie ONavio soutenue par la Haute-Vienne et la Ville de Limoges.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page