# Rentrée (lycée) ! : “Five” ou la surprenante force douce de la danse israélienne

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

“FIVE”, un moment suspendu dans la ville éternelle entre gestes quotidiens et traditions, entre la naissance de la paix et l’irruption guerrière. Une chorégraphie signée Laura Arend.

 

Si c’était une couleur ?

Les couleurs primaires étrangement adoucies.

Si c’était une musique?

Le bruit des semelles en plastique créant un rythme, d’hier et d’aujourd’hui.

Si c’était un végétal ?

Une cacahuète qui rebondit sur un mur ancestral.

 

L’œil

La chorégraphe Laura Arend s’est entourée de quatre danseurs de la Batsheva, Vertigo et Kibbutz Dance Company, pour donner vie à FIVE. Avec Laura Arend, ce sont sur scène cinq interprètes pudiques et denses.

Vêtus de shorts longs brillants et blancs pouvant évoquer aussi bien des équipes sportives que des kibbutzniks, il émane, à première vue de ce spectacle, une douceur non dénuée d’humour. On a l’impression de voyager d’un petit matin en paix jusqu’à la tempête apprivoisée d’un soir devant le Mur occidental (ici le mur en fond de scène du Théâtre Golovine est parfait!). Et avec la vision au lointain de cette petite marinière qui se balance sur un cintre. Les rayures bleues et blanches ne sont pas sans rappeler celles de la Shoah : l’Histoire est omniprésente.

Ainsi, on retrouve par touches l’histoire moderne et le quotidien des Israéliens à travers les mouvements variés des corps :  les danses folkloriques telle la Hora, la techno des fêtes nocturnes de Tel-Aviv, les mouvements gymniques des plages et des salles de sports, etc. La chorégraphe veut donc mettre en lumière la culture hébraïque, son histoire, sa philosophie de vie et son approche du mouvement.

Laura Arend détourne aussi avec humour les travers et les forces sociétales : les danseurs luttent pour étreindre le public, ils se lancent des bambas (sorte de curly israélien), comme à des singes.

La création musicale de Didi Erez si ludique et fine, joue un rôle prépondérant dans la dramaturgie, s’inspirant aussi bien des musiques traditionnelles, que du bruit des semelles des horribles sandales en plastiques adorées des plagistes, que des tirs d’armes à feu ou des battements de cœur.

Five, n’est pas une démonstration de technique, ni un prêt-à-penser de la question israélo-palestinienne, mais une invitation au voyage ! Un voyage joliment contemporain où la chorégraphe revient sur ses cinq dernières années passées en Israël et explore la symbolique de ce chiffre dans ses résonances culturelles et universelles… Et cela fait du bien, cela laisse l’espace de respirer, de rêver !

 

Du pédagogique à l’éducatif…

Après avoir vu ce spectacle avec sa classe, Five peut conduire à une réflexion collective sur la culture israélienne et l’occasion de la découvrir et de l’aborder sous d’autres facettes.

 

FIVE 

Samedi 23 septembre 2017 : Théâtre de Freyming-Merlebach (Moselle) ; Mercredi 24 Janvier 2018 : Festival Art Danse – CDC Dijon ; Jeudi 3 mai 2018 : OCM Sarcelles, 18 juin : Focus Point Ephémère à Paris

(du 7 au 30 Juillet à 20H30 au GOLOVINE en Avignon).         

COMPAGNIE LABORATION ART COMPANY.

Chorégraphe : Laura Arend.

Danseurs : Laura Arend, Nitsan Mergaliot, Marija Slavec, Lola Mino, Eli Cohen.

Musique : Didi Erez.

Manager : Audrey Chazelle.

Production : Laboration Art Company.

Coproduction : Art Danse CDC Dijon Bourgogne, OCC Gouvy Freyming-Merlebach Avec le soutien de la DRAC Grand Est, la Région Grand Est, la SPEDIDAM, les services culturels de l’Ambassade d’Israël en France.

Visitez le Site de la Compagnie ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page