# Rentrée (3e-lycée) ! : “Depuis l’aube…”, un uppercut féminin grandeur nature !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Depuis l’Aube…, coup de cœur tonnerre de ce Festival Off ! Spectacle pour dire et dénoncer les non-dits intimes et d’ordre sociétal. Spectacle plus que nécessaire à l’heure où, dans certains quartiers, il devient difficile pour les jeunes filles de mettre des jupes ! Spectacle écrit et créé par une artiste, Pauline Ribat, qui aurait aimé l’avoir vu à l’époque où elle était lycéenne. A découvrir d’urgence à 21h20 au 11 • GILGAMESH BELLEVILLE en Avignon.

 

Entre gros mots qui fusent et jeux tendancieux, certaines cours de collèges et de lycées ne sont pas de tout repos et peuvent être le théâtre de scènes parfois inquiétantes. Avouons-le, l’éducation nationale est à ce niveau bien malmenée. Difficile en tant qu’enseignant (et particulièrement de français !), d’avoir les oreilles écorchées à tout bout de champ par le vocabulaire trop souvent vulgaire de nos élèves. Et si un spectacle permettait – enfin ! – de tordre le cou à tous ces (gros) mots dont on a oublié l’étymologie et qui ponctuent un peu trop notre quotidien ainsi que celui de nos jeunes ? Pauline Ribbat, accompagnée de deux complices masculins (Florian Choquart et Lionel Lingelser), entrent sans rougir dans le vif du sujet. C’est tout à la fois efficace, drôle, sérieux et déjanté et c’est amené avec beaucoup d’intelligence.

A l’heure où Simone Veil s’éteint ; à l’heure où l’on vient enfin d’inscrire le clitoris dans les programmes de SVT des classes de troisième, il était tant qu’une autrice (comme Pauline Ribat aime à le dire) dont les années de lycée sont encore un peu trop présentes, ait ce courage. Son titre complet : Depuis l’aube, (ode aux clitoris), est construit comme une montagne russe des émotions, allant de la pudeur à la violence (viol, excision, etc.) exposant les douleurs reçues, explosant les ignorances : ce texte est un uppercut féminin mis dans la bouche de trois comédiens formidables des deux sexes, une mise en garde grandeur nature, une provocation permettant de revenir aux origines des mots et de lever le voiles des malentendus.

Dis, et si c’était un objet ?

L’homme de Vitruve de Léonard de Vinci mais en Femme !

Si c’était un son ?

La voix d’un enfant qui chante avec une brosse en guise de micro.

Si c’était un plat cuisiné ?

Un sashimi de fugu pas si venimeux qu’on veut bien le dire.

Et si c’était une image ?

Une religieuse en robe des champs…

Avant d’être mis en scène, de nombreuses lectures-spectacles ont été jouées dans des établissements scolaires et chaque fois ce spectacle a emporté l’adhésion de son public. A nous de dépasser les apparences d’un titre un peu provocateur et de permettre à ce qu’un spectacle comme celui-ci (soutenu par la Chartreuse tout de même, centre national des écritures du spectacle) entre dans tous les établissements scolaires. Il y a d’ailleurs de fortes chances que cette joyeuse équipée se produise sur des scènes nationales. Nous le leur souhaitons !

 

Pistes pédagogiques de la rédaction

Bien entendu, les grands collégiens pourront aborder en S.V.T. la reproduction, mais aussi (collège-lycée) en histoire le droit des femmes, en EMC la question des harcèlements et des égalités et surtout chacun pourra enfin comprendre ce qu’il dit quand il insulte son voisin…

 

“Depuis l’aube (ode aux clitoris)”

19 décembre 14h30 et 19h30, Théâtre Roublot – Fontenay-sous-Bois.

D’autres dates sont à confirmer en Île-de-France et région…

(Présenté du 6 au 28 juillet – Gilgamesh Belleville en  Avignon.)

Écriture et mise en scène : Pauline Ribat.

 

Avec : Pauline Ribat, Florian Choquart, Lionel Lingesler
(Photo by Victor Tonelli/ArtComArt)

Collaboration artistique : Joséphine Serre.

Avec : Florian Choquart, Lionel Lingelser et Pauline Ribat.

Scénographie : Jean-Baptiste Manessier.

Construction décor : Éric Jolivet.

Création Lumière : Laurent Schneegans

Création costumes : Cécile Box (assistée de Arthur Haie).

Création musicale : Florian Choquart.

Régie : Marianne Pelcerf ,Sarah Bradley.

Avec le regard complice de : Clément Peyon.

Production : Le Pilier des Anges-Théâtre Roublot.

Coproduction : Château Rouge, Scène conventionnée d’Annemasse.

Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.

Aide : DRAC Auvergne-Rhône-Alpes • Conseil départemental de Savoie • Ville de Chambéry.

Soutien : Chartreuse-CNES.

Participation artistique : Jeune Théâtre national.

La compagnie du Pilier des Anges est subventionnée par : DRAC Île-de-France, Conseil départemental du Val-de Marne, Ville de Fontenay-sous-Bois.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page