# Rentrée (collège-lycée) ! : Entre Joël Pommerat et Camille de la Guillonnière, “Cendrillon” prend la route des temps modernes…

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Le metteur en scène Camille de la Guillonnière (dramaturge de Jean Bellorini et aussi comédien), tout en restant fidèle à l’esprit de la Compagnie qu’il co-dirige (“Le temps est incertain mais on joue quand même” !), fait le choix de monter Cendrillon de Joël Pommerat hors les murs et tout particulièrement dans la cour d’établissements scolaires où la pièce a déjà plusieurs fois été jouée. Sans nul doute, ce spectacle tout public, aux forts accents universels, touche et résonne auprès des jeunes.

 

Cette réécriture de Pommerat est l’histoire d’une jeune orpheline, persuadée qu’elle doit à chaque minute de sa vie penser à sa maman si elle ne veut pas qu’elle lui échappe tout à fait. Cette conduite qui tourne à l’obsession ne laisse plus vraiment de place au deuil et l’empêche de mener une vie normale : dans une telle situation, comment arriver à s’ouvrir au monde et à prendre le courage de son envol ? La thématique de la marâtre et de la belle-famille tyrannique redouble le questionnement et permet de transposer le conte dans une version très contemporaine.

Le dispositif scénique est simple : il est à peu près composé de quatre planches, d’un rideau, de quelques accessoires et d’un gros projecteur. Suffisant pour créer l’illusion et entrer dans l’imaginaire des spectateurs. Quant aux comédiens, tous issus de l’école Claude Mathieu, ils soutiennent le texte avec beaucoup d’aisance, multipliant les rôles et mélangeant les genres, donnant alors un ton très shakespearien à cet ensemble énergique et juste. C’est frais et bourré de trouvailles.

La particularité de cette compagnie (d’où son nom) est d’aller à la rencontre d’un public qui ne pense pas forcément à entrer dans une salle de théâtre. Leurs deux co-fondateurs, Jessica Vedel et Camille de la Guillonnière, se sont mis à penser un théâtre qui peut se jouer partout, tant sur des planches que dans la rue, dans une salle des fêtes ou dans une école. Cela n’empêche évidemment pas de faire du grand théâtre, il suffit de se rappeler ce qu’on sait des tréteaux de Molière. C’est ainsi que nos Molière des temps modernes organisent chaque été une grande tournée dans les Pays de la Loire d’où est originaire Camille de la Guillonnière. Mais cette année c’est aussi à la Belle Scène-Saint-Denis qu’ils prennent leur “quartier d’été” où “depuis trois ans, le Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France et le Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis programment, avec le soutien du Département, des artistes – chorégraphes, metteurs en scène et interprètes –, dans le jardin ombragé de la Parenthèse”. Ils seront en tournée la saison prochaine pour de nombreuses dates. A suivre !

 

L’œil pédagogique

On pourrait difficilement mener un travail interdisciplinaire en classe à partir de cette pièce. En revanche, dans le cadre de l’étude des contes, elle peut être un appui formidable en 6e et en seconde à la réécriture en classe de Français, mais également en troisième à la question de la famille et de l’intime.

_______________________________________________________________________________________________________Sheila Vidal-Louinet

 

“Cendrillon”, Joël Pommerat

Le 15/10 LA COURÉE, Centre culturel ; le 04/05/2018 THÉATRE JEAN RENOIR (Bois-Colombes) ; du 07/05 au 11/05, du 15/05 au 20/05 et le 09/06, SORTIE OUEST (Béziers) ; les 13, 25, 26, 27/05, THÉÂTRE BRÉTIGNY (Brétigny-sur-Orge).

(Joué du 8 au 21 juillet 2017 à 19h15 – La Parenthèse en Avignon).

(Dates à venir)

Compagnie “Le temps est incertain mais on joue quand même !”

(Tout public à partir de 7 ans).

Mise en scène Camille de La Guillonnière.

Avec : Chloé Chazé, Frédéric Lapinsonnière, Aude Pons, Lise Quet, Mathieu Ricard, Clément Séjourné ou
Christian Pascale.

Lumière : Julie Duquenoÿ.

Production : Le Temps est Incertain mais on joue quand même !
Avec le soutien de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, du Château du Plessis Macé et de l’EPCC Anjou Théâtre et du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page