# Avignon OFF 2017 : “Le Fantôme et Mrs Muir”. Lui : revenant, elle : devenant… ou comment un fantôme aide à réaliser des rêves !

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

Pour sa première mise en scène de théâtre, Michel Favart dirige, entre autres, l’auteure de l’adaptation, Catherine Aymerie, et offre avec Le Fantôme de Mrs Muir une version délicate de l’histoire portée à l’écran en 1947 par Joseph L. Mankiewicz. C’est encore pour quelques jours à Présence Pasteur.

 

Si c’était un objet ? 

Un portrait couleur sépia mais que l’on photographierait avec son i-phone pour l’envoyer au loin.

Si c’était un son ?

Une chanson d’amour, mêlée de jazz et de blues…

Si c’était un aliment ?

Une madeleine revisitée façon nouvelle-cuisine.

 

Sur le plateau dépouillé plongé dans le noir, apparaît soudain face à nous Lucy Muir, sanglée dans un élégant manteau et coiffée d’un petit chapeau, comme sortie d’un film américain des années 50. Nous sommes en Angleterre, après la seconde guerre mondiale. Elle est veuve et prend son destin en main : elle quitte sa belle-famille et va vivre en bord de mer, c’est décidé ! Et qu’importe si la maison pour laquelle elle a eu un coup de cœur est hantée, plus personne ne lui dictera ses choix désormais !

C’est elle qui impose sa volonté, y compris au fantôme du capitaine Greeg, elle reste, et elle va écrire !

Avec seulement quelques chaises, une petite table et un joli travail de lumières, la maison, la falaise et la mer apparaissent. S’y jouent les moments clés de l’histoire inventée en 1945 par R. A. Dick, de son vrai nom Joséphine Aimée Campbell (une femme !) dans une atmosphère où réalisme et fantastique s’entremêlent subtilement. Les épisodes s’enchaînent nonchalamment, presque trop facilement. Les comédiens campent avec conviction leurs personnages, mais manquent peut-être la fougue charnelle et la roublardise du capitaine, faute sans doute de plus nombreuses scènes intimistes. Il est cependant fort plaisant de retrouver en 2017 cette histoire d’une émancipation féminine et de s’amuser à noter ce qui, dans cette version, nous parle d’aujourd’hui.

 

L’œil pédagogique

Les enseignants de lettres et anglais trouveront matière à travailler sur le récit, pourront proposer des comparaisons et activités autour d’extraits du roman, de scènes du film. En EMC, l’histoire des droits des femmes (voter, avoir son propre compte en banque…) pourra être étudiée avec profit. Enfin, en musique, c’est le jazz qui pourrait retenir l’attention.

__________________________________________________________________________________________________________________________Anne-Laure Naar

 

Le Fantôme de Mrs Muir. Du 7 au 30 juillet – Présence Pasteur, Avignon.

Adaptation théâtrale : Catherine Aymerie, d’après le roman R.A Dick.

Mise en scène : Michel Favart.

Avec : Catherine Aymerie, Peter Bonke, Paula Brunet Sancho, Stéphane Olivié Bisson.

Collaboration artistique : Julien Favart.

Lumière : Jean-Louis Martineau.

Scénographie, costumes : Sandrine Lamblin.

Musique : Jean-Marie Sénia.

Régie Lumière : Thierry Alexandre.

Régie son : Emilie Tramier.

Crédit photos : Tous droits réservés.

Durée : 1H25.

>>Réservations

Téléphone : 09 66 97 18 54.  / 04 32 74 18 54

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page