# Avignon OFF : “J’ai 17 pour toujours”, la quête de sens adolescente suspendue entre ciel et terre

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page

J’ai 17 pour toujours … ou à jamais. Le mal-être et la quête de sens adolescente mis en question et livrés au public par Jacques Descorde et la compagnie des Docks. A découvrir à 19H45 à Présence Pasteur en Avignon.

 

Si c’était un objet ?

Un porte lumière (téléphone, bougie, flamme intérieure).

Si c’était un animal ?

Un barracuda !

Si c’était un son ?

Un cœur qui cherche son rythme.

 

L’œil

Jacques Descorde a rencontré, recueilli, croisé, les paroles “​des 16/19. Les grands ados. De tous bords”. Du texte qui en naît, on retiendra les moments poétiques qui portent le sceau de l’enfance et de la fuite ; et les déchirures des deux personnages qui vomissent la vie adulte telle qu’elles l’imaginent et la subissent encore. On aimera un peu moins les moments qui se veulent réalistes, un peu plus fragiles. Mais c’est un parti pris qui se défend…

La partition offerte aux deux interprètes féminines et au musicien live, questionne la place des adolescent.e.s dans leur vie adulte future, ainsi que leur présent. C’est un combat, un déchirement constant et tenace. Les deux comédiennes relèvent le défi de ré-inventer, dans le jeu des corps, les adolescentes qu’elles ne sont plus : Astrid Bayiha excelle en campant un personnage entre vraie naïveté – teintée de jeux enfance et de rêves – et une douleur sourde, infinie, qui ne quitte jamais d’un pas son personnage. Jérôme Voisin fait vibrer ses notes avec pudeur et attention au fil des maux des adolescentes.

La scénographie intelligente, à la fois brute et douce, nous transporte sur ce toit d’immeuble qui surplombe la vie d’un quartier. Elle est douce, par ces néons qui forment le cadre de scène et dont les changements subtils entourent tendrement les personnages dans leur quête. Sous les grillages à petites roulettes, qui  font résonner “brutalement” leurs pas rageurs et leurs errances, on devine des serpents… câblés : ce dispositif entre ciel et terre porte bien J’ai 17 pour toujours .

Malgré un texte et un jeu inégaux, cette création reste un moment déchirant et poétique. Les témoignages font sens, les questionnements sont non-seulement posés et nous touchent et nous émeuvent, qu’on ait l’âge des personnages ou qu’on l’ait dépassé…

 

Pistes pédagogiques/éducatives de la rédaction

Ce spectacle peut être l’entrée de débats sur le mal-être adolescents, en classe, en famille, entre amis (en évoquant la question du simple chagrin d’amour au suicide, en passant par les grossesses et les problèmes de famille).

L’enseignant de français de troisième y trouvera également matière à nourrir sa réflexion sur la question adolescente qui soulève le programme et en accompagnement d’une œuvre plus classique.

________________________________________________________________________________________________________Yaël Tama.

“J’ai 17 pour toujours” – Du 7 au 30 juillet 2017 – à 19h45, Présence Pasteur.
(Relâches les 11/18/25 juillet.)

Texte, scénographie et mise en scène de Jacques Descorde.

(Publié à l’École des Loisirs).

Avec  : Astrid Bayiha et Nathalie Bourg et musique live Jérôme Voisin.

Musique : Jérôme Voisin.

Lumières : David Laurie.

Costumes : Valérie Paulmier.

Régie : Pascal Lesage, Martin Hennart.

Création graphique : Félix Descorde.

@photo : Simon Gosselin.

Production : La compagnie des Docks.

Coproduction : Le Théâtre du Nord – CDN Lille – Tourcoing – Le théâtre des Ilets.

-CDN de Montluçon.

La compagnie des Docks est soutenue par la DRAC des Hauts de France, la Région des Hautes de France et le Conseil Départemental du pas de Calais. Remerciements au théâtre de la Licorne à Dunkerque.

Spectacle sélectionné dans le cadre de l’opération Hauts de France en Avignon.

Réservations :04 32 74 18 54 / 09 66 97 18 54.


Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedInPrint this page