# Avignon OFF 2017 : “Maintenant que nous sommes debout”, quand la grande rejoint la petite histoire et au-delà…

Vanessa Bettane et Séphora Haymann avaient déjà présenté cette saison “Maintenant que nous sommes debout” au Théâtre de Belleville (Paris). Ce spectacle est le deuxième projet de la Cie Mare Nostrum. Ecriture à cheval entre la fiction et la réalité, quand la grande rejoint la petite histoire pour l’emmener loin, très loin au-delà… C’est à la Manufacture !

 

“C’est quoi la France pour toi ?”. Cette question résonne très fortement et plus encore quand elle est posée aux jeunes générations. Après le Bataclan ou les événements traumatisants de Charlie et ce qui s’en est suivi, qu’est-il encore possible de raconter ? L’innommable ? Qui n’a pas entendu les réactions inquiétantes de nombreux jeunes gens français, fils d’immigrés ou non, osant dire… Oh après tout Charlie n’a eu que ce qu’il méritait !

Ce qu’on aime ici tout particulièrement, c’est la manière dont ces deux complices emmènent avec elles leur histoire. Un jour, elles décident de l’attraper par la main, s’en emparent à bras le corps, enquêtent, dissèquent, écrivent, improvisent entre leur feuille et le plateau. Et puis surtout elles veulent comprendre… Parce que quand on est fils ou fille d’apatride la question du qui suis-je est récurrente et cette question, elle, est universelle.  A l’heure où le sujet des migrants, face à l’ingérence de nos gouvernements, ne va pas tarder à être la tache rouge inavouable de l’Occident, la honte de notre siècle, ces deux jeunes (et absolument formidables) comédiennes ont un sacré culot : celui de montrer que l’exil des réfugiés pieds noirs est vécu par les enfants de cette génération aussi douloureusement que n’importe qui obligés de composer entre la couleur identitaire de leurs ainés et celle de leur pays. Voilà donc matière à regarder les copains d’école autrement et à partager un peu l’Histoire ensemble.

“Tout est fiction parce que plus rien ne peut plus l’être.” Ce que racontent Vanessa et Séphora, ce n’est pas uniquement l’histoire de leur famille, celle des arrachés d’Afrique du nord tenus de quitter du jour au lendemain leur maison, leurs tombes et leur terre, mais aussi l’histoire de tous les déracinés de cette planète obligés d’abandonner leur patrie. Ce spectacle parle-t-il de la guerre d’Algérie ? De l’indépendance du Maroc ? Permet-il de lever un voile sur pas mal de préjugés concernant les Juifs de cette période ? Oui, et vu le contexte actuel d’antisémitisme régnant, de racisme ambiant et de défiance générale, c’est déjà très courageux de porter ces questions sur une scène, mais c’est loin d’être les seules et si ce n’était “que” cela, ça n’en ferait pas un bon spectacle pour autant.

Si ce parti pris de mélanger les frontières entre la réalité et la fiction peut être largement contestable – il suffit de se rappeler ce qu’en fait François Bégaudeau avec “Entre les Murs” – ici, le positionnement n’est pas le même. Il est, dès l’entrée en matière, clairement défini par une sorte de pacte créé entre les spectateurs et les comédiennes, autour d’un loukoum, drôle, honnête et sans prétention : le passage fréquent entre le jeu et la réalité, les multiples changements de rôles, leur généreuse énergie démontrent plus d’une fois leur maîtrise de la scène et un talent indéniable.

Pas de doute, nous sommes au spectacle, mais rien ne nous empêche de rester vigilant et de nous tenir debout sous une Cerisaie en fleur…

 

L’œil pédagogique de la rédaction

Assurément, ce spectacle est l’occasion (en 3e et seconde), de mettre en place quelques séances en EMC, histoire, français, mais aussi en arts plastiques. Ce spectacle peut aussi être porté par une production globale des élèves qui mêle les nouvelles technologies telle que la pratique de la vidéo ou de l’audio, utilisée dans le spectacle avec l’aide des enseignants de technologie et d’arts plastiques au collège.

___________________________________________________________________________________________Sheila Vidal-Louinet

Du 6 au 26 Juillet 2017 à 19h55 à La Manufacture, #Avignon off.

De et avec : Vanessa BETTANE, Séphora HAYMANN.

Dramaturgie : Stéphane SCHOUKROUN.

Lumières : Laurent BÉNARD.

Création vidéo : Véronique CAYE.

Musiques : Notoiof & Pregdan MIRIER.

Pièce sonore : Dominique PETITGAND .

Régie : Boris VAN OVERTVELDT.

Chef machiniste : Paul GHAFOORIAN.

Collaborateur artistique : Nicolas GIRARD MICHELOTTI.

Production : Emilie VERVAET.

>>Réservation au Théâtre la Manufacture

Réservations : 04 32 76 24 51.